slideshow text

Communiqué du CRIIGEN

Posted by Marine Cellupica
Marine Cellupica
Marine n'a pas encore mis à jour sa biographie
Hors ligne
le vendredi, 26 juillet 2013 dans Activités

COMMUNIQUE DU CRIIGEN (Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie GENétique)

www.criigen.org 


OGM ET PESTICIDES : VERS UN NOUVEAU SCANDALE SANITAIRE

Un OGM (Organisme Génétiquement Modifié) est un être vivant dont le patrimoine héréditaire a été artificiellement changé.

IL EXISTE 2 GRANDS TYPES D’OGM RELEVANT DE 2 LEGISLATIONS DIFFERENTES :

1/ Ceux qui sont faits pour rester en ESPACE FERME (ex. pour la recherche, ou faire des médicaments…). Certains sont très utiles.

2/ Ceux qui sont diffusés DANS L’ENVIRONNEMENT ou milieu ouvert (ex. en plein champ…). Ils font l’objet de l’essentiel des débats à cause des risques mal évalués sur l’environnement et la santé.

Depuis leur première utilisation commerciale en 1995, tous les OGM en milieu ouvert sont des plantes alimentaires. Elles étaient censées aider à résoudre la faim dans le monde, s’adapter à la sécheresse, la salinité, le gel… Elles ont en fait été créées depuis 1995 pour absorber des pesticides sans mourir (herbicides) ou pour les produire (insecticides). Elles en contiennent donc toutes : ce sont des éponges à pesticides. Les animaux qui mangent ces plantes absorbent ces pesticides, et les humains qui mangent ces plantes ou ces animaux absorbent donc aussi ces pesticides qui s’accumulent dans la chaîne alimentaire. Et contrairement aux promesses des multinationales, les cultures de ces OGM nécessitent de plus en plus d’épandages massifs de pesticides. Par exemple, les plantes tolérantes à l’herbicide Roundup (comme le soja) représentent 80% des OGM agricoles et sont faites pour être arrosées au Roundup, le premier pesticide du monde. Les 20% restants (comme le maïs appelé « Bt ») produisent en permanence un nouvel insecticide qui se retrouve dans le sol. Cela n’évite en rien l’utilisation d’autres pesticides.

Concernant la santé, les autorisations de ces OGM agricoles et des pesticides associés s’appuient sur des évaluations très incomplètes et sans aucune transparence. Non seulement celles-ci sont faites sur des périodes dangereusement courtes (3 mois au mieux sur des rats, modèle commun de laboratoire, au lieu de 2 ans, leur vie entière), mais les résultats, par exemple les analyses de sang, sont maintenus totalement confidentiels pour des raisons de secret industriel.

Les premiers travaux indépendants, réalisés sur 2 ans, démontrent pourtant des effets toxiques mortels notamment sur les foies et les reins, avec de grosses tumeurs mammaires. Malgré le soutien de nombreux scientifiques internationaux apporté à ces études, les agences d’évaluation ont refusé de reconsidérer les autorisations de ces produits, et n'ont pas même daigné faire recommencer ces tests. Elles continuent de faire confiance aux industriels des OGM et des pesticides qui font leurs propres tests concluant à l’innocuité de leurs produits. Le principe de précaution est ainsi bafoué. 

Les OGM agricoles et les pesticides posent de graves problèmes de santé publique, et leur mise sur le marché constitue donc une mise en danger de la vie d’autrui.
           
La campagne - pétition nationale « Consommateurs pas cobayes ! » http://action2.bioconsomacteurs.org diligentée et soutenue par de très nombreuses personnalités et associations de la mouvance agro-environnementale, reprend tous les problèmes évoqués ci-dessus. Elle a vocation à recevoir des centaines de milliers de signatures pour l'obtention d'un moratoire destiné à faire respecter le principe de précaution au profit des consommateurs

Mots clés : Aucun mot clé

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Commenter cet article

Invité samedi, 24 août 2019